Commission scolaire de Montréal

Budget 2017-2018 : la fin du plan de retour à l’équilibre

26 juin, 2017

Le 21 juin, le Conseil des commissaires a adopté un budget équilibré pour la deuxième année consécutive. Le budget 2017-2018 s’inscrit sous le thème de l’optimisation, du développement et de la croissance, avec des revenus et des dépenses projetés de près de 1,1 G$. De plus, un montant est réservé spécifiquement à des projets d’optimisation en vue d’accélérer l’amélioration de nos processus administratifs pour ainsi dégager des gains d’efficience permanents.

Grâce à quatre nouvelles mesures (règles budgétaires de fonctionnement), annoncées par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), la CSDM injectera près de 8 M$ pour l’intervention précoce, la réussite scolaire et le soutien des élèves en difficulté.

Les investissements pour l’entretien des infrastructures scolaires se chiffreront à environ 200 M$, excluant les ajouts d’espace qui seront connus ultérieurement. Il s’agit là d’une forte augmentation par rapport aux années précédentes. Ce fonds supplémentaire contribuera au maintien d’un environnement sain, sécuritaire et propice à l’apprentissage.

Ces résultats confirment que l’année 2016-2017 marque la fin du plan de retour à l’équilibre budgétaire 2012-2017.

Les efforts remarquables de rationalisation amorcés en 2012-2013 ont ainsi permis de diminuer les dépenses administratives de 35 %, portant les frais administratifs à 3 % des dépenses totales.

Par ailleurs, à l’instar des demandes de différents partenaires, la présidente s’est engagée à poursuivre les échanges avec le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport autour du sous-financement notamment pour le transport des élèves HDAA, les frais associés au déplacement des élèves dans une école transitoire, les besoins réels des élèves HDAA, les coûts pour les élèves inscrits à l’accueil et à la francisation, les coûts supérieurs de construction et d’agrandissement liés au caractère patrimonial de nos immeubles ainsi que les modalités de remboursement de la dette afin de permettre une portion des sommes dégagés pour réinvestir dans les projets de développement.

Le grand objectif demeure de développer et, surtout, réinvestir dans les services offerts aux élèves et à leur réussite.