Commission scolaire de Montréal

La CSDM en amélioration constante

25 janvier, 2017

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) procède à sa cinquième reddition de comptes publique, qui couvre la période du 1er juillet 2015 au 30 juin 2016, présentée par la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, et le directeur général, Robert Gendron.

Deux constats se dégagent cette année : la baisse du décrochage scolaire et l’atteinte de l’équilibre budgétaire.

« Le fait saillant le plus important est l’amélioration de nos résultats scolaires avec une baisse constante du décrochage.  Ainsi, en 2006-2007, le taux de décrochage était de 33,5 %, alors qu’en 2013-2014 (dernière année de référence) il est de 21,2 %, soit une diminution de 12 %.  Fait à remarquer, non seulement nous avons atteint notre cible de 2015, fixée à 26,8 %, mais nous avons réussi à la dépasser de 5,6 % », mentionne Mme Harel Bourdon.

En 2009, par le plan Réussir, nous avons déterminé des cibles ambitieuses. En fixant la barre haute, nous nous sommes placés en situation d’amélioration constante. Depuis, nous enregistrons une hausse des résultats scolaires.

Concernant l’amélioration de la persévérance et de réussite scolaires chez certains groupes cibles, notons que le taux de réussite des garçons au 3e cycle du primaire rejoint la cible fixée à 95 %. Chez les garçons du 1er cycle du secondaire, les résultats sont de 79 %, dépassant la cible de 75 %. Les résultats des élèves HDAA du 3e cycle du primaire atteignent 85,9 %, soit 2,9 % de plus que la cible. Il reste du travail à faire auprès des élèves  HDAA  du  1er cycle  du  secondaire  où la cible est de 70 % et les résultats de 63,6 %.

Équilibre budgétaire

Tout en ayant en tête la réussite des élèves, il faut souligner les bons résultats financiers qui nous ont permis d’atteindre l’équilibre budgétaire en 2015-2016. Nous avons assaini notre situation financière, en sachant que nous devons demeurer vigilants. Nous sommes parvenus à l’équilibre budgétaire grâce aux efforts de toute l’organisation.

Le nombre total des élèves fréquentant nos écoles a connu une augmentation considérable durant les dernières années, une augmentation d’environ 1000 élèves par année sur le territoire de la CSDM, ce qui équivaut à 3 écoles primaires. Nos infrastructures ont donc dû s’adapter aux besoins criants en matière de capacité d’accueil. Toutes les avenues ont été évaluées, de l’acquisition à la reprise d’immeubles excédentaires, en passant par la réhabilitation, ainsi que les travaux de rénovation, d’agrandissement, de construction et de réfection d’écoles.

L’amélioration de l’environnement sain et sécuritaire des établissements demeure une préoccupation constante, tant en matière d’entretien que pour le climat de travail du personnel.

« L’implantation d’un Bureau de projets institutionnels se traduit aujourd’hui par une quarantaine de projets, qui intègrent de meilleures pratiques de gestion et contribueront à améliorer la situation financière. Plus que jamais l’équilibre budgétaire est à notre portée », explique Robert Gendron, directeur général.

Gouvernance

Les actions du Conseil des commissaires ont été nombreuses. Ainsi, l’année 2015-2016 fut pour le moins mouvementée dans les commissions scolaires avec le projet de loi 86 qui menaçait de disparition les élus scolaires. Finalement, le projet de loi a fait place au projet de loi 105 avec plusieurs modifications.

La mise en œuvre de projets d’efficacité énergétique dans plusieurs écoles rejoint la préoccupation des élus pour un parc immobilier plus vert.

Le Conseil des commissaires a adopté une charte sur le transport actif pour encourager la marche, les saines habitudes de vie et pour augmenter la sécurité des élèves aux abords des écoles.

La promotion de l’école inclusive a mené à la présentation de lignes directrices visant à assurer le bien-être, le respect, la dignité et les meilleures conditions de réussite des élèves transgenres.

Enfin, le Conseil des commissaires a appuyé le mouvement « Je protège mon école publique », lancé par des parents, qui a pris de l’ampleur à l’échelle de la province.

« L’école publique joue un rôle essentiel : assurer une offre de services équitable à tous les élèves, une offre de services qui favorise la mixité sociale et qui répond à la diversité des besoins. Il faut prioriser l’éducation et la voir comme un investissement pour la métropole », déclare la présidente de la CSDM.

Rappelons qu’avec ses 191 établissements et plus de 16 000 employés, la Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d’écoles publiques du Québec. Entre autres responsabilités, elle organise les services éducatifs pour 113 000 élèves, elle gère les ressources humaines, financières et matérielles, elle coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté.