Commission scolaire de Montréal

Capsule historique

3 avril, 2018

Avril mois des arts à la CSDM

L’enseignement du dessin et des arts plastiques (1894)

Le premier professeur de dessin de la commission scolaire est Ludger Larose (1868-1915). En 1893, il gagne le premier prix du concours de dessin de l’Académie Delécluse à Paris. Il enseigne de 1894 à 1910 à l’Académie commerciale catholique de Montréal. Il enseigne également à l’école Olier et à l’école Champlain. Sa biographe, Alison Longstaff, décrit monsieur Larose comme un enseignant dévoué et intéressé par de nouveaux projets pédagogiques.

Jean-Baptiste Lagacé (1868-1946) enseigne le dessin de 1911 à 1928 à l’Académie commerciale catholique de Montréal. Il est le premier directeur du Bureau de l’enseignement du dessin créé en 1928. Il est le premier titulaire en 1904, d’une chaire en histoire de l’art au Canada.

Le 11 septembre 1928, les commissaires adoptent une résolution qui exige le nouveau diplôme d’enseignement de l’École des Beaux-Arts de Montréal pour avoir le droit d’enseigner le dessin. La même année, la Commission embauche quatorze professeurs de dessin. En 1936, la Commission compte vingt-trois enseignants et cinq enseignantes de dessin et plusieurs écoles possèdent des ateliers d’arts plastiques.

En 1946, Maurice Lebel (1898-1963) est nommé directeur du Bureau de l’enseignement du dessin. Son biographe, Richard Foisy, le considère comme l’un des meilleurs artistes graveurs de sa génération.

Plusieurs artistes renommés enseignent le dessin et les arts plastiques dans les écoles de la Commission. Pour les femmes : Louise Barette-Charlebois (1915-1990), Simone Dénéchaud (1905-1974) et Irène Senécal (1901-1978). Pour les hommes : Paul-Émile Borduas (1905-1960), Fernand Leduc (1916-2014) et Adrien Hébert (1890-1967).

Jean-Paul Riopelle (1923-2002) et Henri Bisson (1900-1973)

Le peintre et sculpteur Jean-Paul Riopelle fréquente l’école primaire Saint-Louis-de-Gonzague à Montréal dans les années 1930. Selon sa biographe, Hélène de Billy, le jeune Jean-Paul suit des cours de dessin avec Henri Bisson de 1933 à 1938. Monsieur Bisson est considéré comme un peintre au style académique. Il est enseignant pour la Commission de 1922 à 1965. Henri Bisson termine sa carrière à l’école Jean-Baptiste-Meilleur où il enseigne les arts plastiques de 1961 à 1965.

La musique (1937)

En 1937, le solfège et le chant sont enseignés dans la plupart des écoles de Montréal. En 1934, Claude Champagne (1891-1965) est nommé directeur de l’enseignement musical pour la Commission. En plus d’enseigner le solfège, il rédige des programmes pédagogiques et il supervise les chorales scolaires.  En 1942, Claude Champagne quitte la Commission pour devenir directeur adjoint du nouveau Conservatoire de musique du Québec.

En 1942, Raoul Paquet (1893-1946) est nommé directeur de l’enseignement musical de la Commission. C’est à l’école Olier que monsieur Paquet propose des formations pour les enseignantes et enseignants en musique de la commission scolaire. Il est organiste à l’Église Saint-Jean-Baptiste de Montréal durant une vingtaine d’années. Raoul Paquet compose également des motets et de la musique religieuse.

En 1942-1943, la musique est enseignée dans des dizaines d’écoles de Montréal : « Présentement, le solfège s’enseigne dans toutes classes du cours élémentaire », précise le rapport annuel de la Commission pédagogique.

En 1935, l’Orchestre symphonique de Montréal (Société des concerts symphoniques de Montréal) présente son premier concert à l’auditorium de l’école Le Plateau du parc Lafontaine.

La danse et le ballet (1945)

Après 1945, les filles suivent des leçons de danse. Ce sont des danses folkloriques et traditionnelles qui sont enseignées. Les cours de danse sont reliés au programme de culture physique jusqu’aux années 1960. En 1986, l’école Laurier propose un premier programme intensif de ballet en collaboration avec l’École supérieure de danse du Québec.

Michele Sarrasin (1933-2014) est titulaire d’une maîtrise en piano de l’École de musique Vincent-d’Indy. Madame Sarrasin compose et enregistre pour la CECM (CSDM) une dizaine de disques pour piano dans les années 1950. Les disques sont utilisés dans l’accompagnement musical des cours de danse et d’exercices physiques à l’intention des filles.

Le théâtre et l’art dramatique

Pour la période 1900-1950, il semble que chaque école est responsable de l’organisation des pièces de théâtre. Une recherche plus approfondie dans les archives de la CSDM pourrait confirmer cette hypothèse. Dans les années 1930, le Bureau médical prépare une série de courtes saynètes afin d’informer les élèves des mesures hygiéniques pour contrer l’épidémie de tuberculose.

Pour consulter les programmes actuels en enseignement des arts: 

Pour comprendre l’évolution de l’enseignement des arts au Québec