Commission scolaire de Montréal

Le taux de diplomation en hausse de 3,5 %

23 février, 2018

Le taux de diplomation et de qualification des élèves de la CSDM a bondi de 3,5 %. Le taux de diplomation en 7 ans, selon les résultats de la cohorte 2009 suivie jusqu’en 2015-2016, a fait un bond de 3,5 points de pourcentage par rapport à l’année précédente (69,5 %) pour s’établir à 73 %, le taux le plus élevé jamais enregistré à la CSDM. En 5, 6 ou 7 ans, la Commission scolaire réussit à diplômer ou qualifier une proportion de plus en plus importante d’élèves.

Le taux en 5 ans est celui qui a connu la hausse la plus importante. Il a augmenté de 20 % (9,3 points de pourcentage) au cours des 5 dernières années, passant de 46,4 % à 55,7 %, selon les résultats de la cohorte de 2007 suivie jusqu’en 2013-2014 et la cohorte 2011 suivie jusqu’en 2015-2016.

« Ces résultats sont inspirants. Il s’agit d’une progression importante du taux de diplomation pour nos élèves qui sont le reflet même de la persévérance scolaire. Nous devons souligner leurs efforts et leur réussite et saluer les équipes-écoles qui les soutiennent. Nous répondons aux besoins de tous les élèves les plus vulnérables comme les meilleurs », mentionne Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

Plusieurs facteurs expliquent cette bonne performance. Les actions concertées, entre autres en littératie, le partage des meilleures pratiques et l’expertise pédagogique portent leurs fruits.

Exemple à Eulalie-Durocher

L’école secondaire Eulalie-Durocher représente un exemple concret de l’engagement vers la réussite d’une équipe-école. Cette école accueille des élèves âgés de 16 à 21 ans de deuxième cycle qui complètent leur secondaire. Son taux de diplomation connaît une croissance continue : 72,1 %, en 2008-2009 ; 83,2 % en 2014-2015.

Pour la directrice de l’école, Amélie Girard, cette progression est due au personnel enseignant dévoué. « Au fil des ans, nous avons mis en place des mesures diversifiées. Nous travaillons en collégialité. Les enseignants font des propositions que nous mettons en pratique. Les élèves bénéficient d’un accompagnement personnalisé et toute l’école se mobilise pour bien les encadrer», explique-t-elle.

Rappelons qu’avec ses 191 établissements et près de 17 000 employés, la Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d’écoles publiques du Québec. Entre autres responsabilités, elle organise les services éducatifs pour 113 000 élèves, elle gère les ressources humaines, financières et matérielles, elle coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté.