Commission scolaire de Montréal

Capsule historique : la CSDM et les services pour l’accueil des enfants immigrants

27 septembre, 2017

Du Comité des Néo-Canadiens au programme PELO (1947-2017)

La croissance démographique d’une métropole 1860-1920

Dans la seconde moitié du 19e siècle, la ville de Montréal connaît une forte croissance économique et démographique. En 1870, on dénombre à Montréal 107 225 habitants. En 1901, la métropole du Canada compte près de 270 000 habitants.

La croissance démographique de Montréal vers 1900 s’explique par l’annexion des villes de banlieues, l’arrivée massive en ville d’une population rurale canadienne-française et la croissance démographique des descendants d’immigrants irlandais (1830-1850). Vers 1880-1890, des immigrants juifs européens arrivent à Montréal. Durant la même période, on assiste à la première vague d’immigration chinoise. Vers 1900, ce sont les Italiens qui composent la majorité des nouveaux arrivants à Montréal.

Durant les décennies de 1920 et de 1930, la commission scolaire scolarise et intègre les élèves d’origine chinoise et les élèves d’origine italienne.

1947-1967. Le Comité des Néo-Canadiens de la CÉCM.

Après la Seconde Guerre mondiale, Montréal accueille des immigrants de toute l’Europe : Polonais, Allemands, Ukrainiens, Italiens, Hongrois, Portugais, Espagnols, Grecs, Français et des Juifs européens.

Les commissaires scolaires décident de créer le Comité des Néo-Canadiens. Le Comité concentre ses efforts dans l’organisation des classes de langue française et bilingues pour les enfants et les adultes allophones. Le Comité organise différentes activités comme des camps de vacances, des participations aux activités de la Saint-Jean-Baptiste (24 juin) ou des présentations folkloriques et théâtrales.

Les classes du samedi 1950-1961

Le Comité élabore le programme des classes du samedi qui offrent aux élèves des cours de français et des cours dans la langue maternelle d’origine. Les italiens, les Espagnols, les Polonais et les Hongrois participent nombreux aux classes du samedi. En 1959, près de 10 000 enfants sont inscrits et répartis dans 357 classes

Septembre 1968. Création des premières classes d’accueil.

Véritable structure d’accueil et de francisation des immigrants, les classes d’accueil permettent l’apprentissage du français par les élèves allophones et leur intégration au secteur régulier. En 1970, c’est la création du Bureau de l’accueil et de l’information aux immigrants. Son premier directeur est M. Robert Attar. En 1983, 2522 enfants de 68 origines et de 127 langues fréquentent des classes d’accueil.

Premières maternelles en 1973.

En 1973, la Commission ouvre ses 11 premières classes maternelles pour les enfants allophones de 4 et de 5 ans.

En juin 1986, les commissaires adoptent un plan d’action sur l’éducation interculturelle pour favoriser la scolarisation et la francisation des élèves, mais également pour l’intégration des adultes allophones et immigrants. Un modèle suivi par les autres commissions scolaires de l’île de Montréal.

Le programme PELO, le Programme d’enseignement des langues d’origines 1978-2017

Le programme PELO est offert aux élèves depuis 1978 et neuf langues sont enseignées. Le programme facilite l’apprentissage du français par la consolidation et la valorisation de la langue d’origine. En 1990, 3573 élèves répartis dans 34 écoles sont inscrits au programme PELO. En 2017, le programme PELO est toujours en activité :