Commission scolaire de Montréal

Action commune pour un programme universel d’alimentation scolaire gratuite, saine, locale et durable

20 septembre, 2018

En haut, de gauche à droite : Thibaud Liné, directeur de la Cantine pour tous ; Jean-Philippe Vermette, directeur conseiller stratégique du Carrefour alimentaire Centre-Sud et initiateur de l’Action ; Daniel Rotman, directeur de Le Dépôt et initiateur de l’Action
En bas, de gauche à droite : Vanessa Girard Tremblay, coordonnatrice des programmes en sécurité alimentaire à Partageons l’espoir ; Marianne Viau, gérante du programme d’agriculture urbaine au Santropol Roulant ; Catherine Harel Bourdon, présidente de la Commission scolaire de Montréal

À l’initiative d’un collectif d’organismes communautaires auquel s’est jointe la Commission scolaire de Montréal (CSDM), tous les élèves de dix écoles publiques de l’Île de Montréal se sont vu offrir un dîner gratuit et santé aujourd’hui. Cette action commune vise à sensibiliser les partis provinciaux à la nécessité d’instaurer une mesure universelle garantissant à chaque élève, l’accès à l’agriculture durable.

En tout, ce sont 3670 élèves du primaire et du secondaire qui ont reçu un repas gratuit, que ce soit par l’entremise des services alimentaires de la CSDM qui privilégient déjà largement les fournisseurs locaux dans leur offre, ou par celle d’une dizaine d’organismes montréalais alimentés par des fermes locales investies dans l’agriculture durable.

Un programme de repas scolaires sains issus d’une agriculture locale durable contribuera en tous points à répondre aux principales préoccupations des Québécoises et des Québécois. Que cela soit pour ses bénéfices sur la santé, l’éducation, l’environnement ou l’économie, un tel programme, déployé à l’échelle de la province, améliorera la vie et la qualité d’apprentissage de plusieurs centaines de milliers d’enfants. Il entraînera en outre d’importants bénéfices sociaux et physiques à long terme, tout en stimulant la création et la consolidation d’emplois dans un circuit d’économie solidaire et durable.

« En tant que commission scolaire montréalaise, nous sommes fortement préoccupés par le manque d’équité et la stigmatisation associée à la sécurité alimentaire de nos élèves défavorisés. C’est pourquoi nous avons adopté une résolution demandant une mesure universelle de repas gratuits dans nos écoles en mai dernier. Des repas gratuits sont déjà offerts dans certains quartiers, mais les élèves défavorisés situés dans les quartiers favorisés n’ont pas accès à ces repas », explique Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

Organismes participants :