Commission scolaire de Montréal

Journée de classe le 25 juin : la CSDM déplore le rejet de la proposition par l’Alliance

9 mai, 2013

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) déplore le rejet par l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal de la dernière proposition visant la reprise de la journée de classe du 4 septembre. Ce refus oblige la tenue d’une journée de classe le 25 juin pour les élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire.

En effet, à l’occasion des élections générales au Québec du 4 septembre, les écoles ont été réquisitionnées et il n’y a pas eu de classe. Afin de respecter le calendrier scolaire de 180 jours, cette journée doit être reprise. Cette année, selon la convention collective locale, le 25 juin devient journée de classe.

Respect de la convention collective

Depuis septembre dernier, et en respect de la convention collective, beaucoup de discussions ont eu lieu avec le syndicat des enseignants. Malheureusement, la semaine dernière en assemblée générale, les membres de l’Alliance ont rejeté la dernière proposition de la CSDM.

« Nous regrettons ce rejet par l’Alliance. Malheureusement, malgré toute notre bonne volonté et notre ouverture, nos propositions ont toutes été rejetées par le syndicat. Nous aurions souhaité éviter aux parents un retour en classe après le 24 juin. C’est une situation inhabituelle pour eux et nous comprendrons l’absence des enfants dont les parents auraient prévu d’autres activités pour ce 25 juin, comme un camp de jour, un service de garde, un voyage ou autre » affirme Daniel Duranleau, président de la CSDM.

« C’est incompréhensible. Lorsqu’on discute avec les gens, que ce soit les parents, les enseignants ou nos collègues de la CSDM, personne ne pense que l’école le 25 juin est une bonne idée », déclare Manon Ricard, présidente du Comité central des parents de la CSDM.

Pour expliquer la situation, la CSDM a transmis des lettres d’information aux parents et au personnel de la Commission scolaire. De plus, la CSDM est en lien étroit avec ses partenaires, notamment les organismes de loisirs et la Ville de Montréal afin d’harmoniser les services en prévision de cette journée.

Avec ses 200 établissements et ses 16 000 employés, la Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d’écoles publiques du Québec. Entre autres responsabilités, elle organise les services éducatifs pour 110 000 élèves, elle gère les ressources humaines, financières et matérielles, elle coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté.