Commission scolaire de Montréal

Enseigner à l’hôpital

Enseigner à l’hôpital, c’est aussi le moment dans la journée où l’enfant, ne pense pas à sa maladie

Enseigner à l’hôpital, Ophélie Rivière n’y était pas préparée. « J’avais appris à gérer une classe, ici je gère un élève à la fois. » Diplômée de l’UQAM en adaptation scolaire et après trois ans comme orthopédagogue au préscolaire et au 1er cycle à l’école Lucille Teasdale, Ophélie entre à Ste-Justine en novembre dernier.

« C’est l’expérience la plus enrichissante et la plus formatrice que j’ai connue. J’apprends sur mon métier, mais aussi sur moi-même. Le but du service scolaire en milieu hospitalier est de scolariser les élèves, mais je constate que c’est aussi le moment dans la journée où l’enfant, ne pense pas à sa maladie. Le temps que l’on passe avec lui, il redevient un élève, et cela lui apporte une certaine normalité. On leur redonne une routine, on vient tous les jours et en fonction de son état, il aura des devoirs, des leçons, afin d’éviter qu’il accumule trop de retard à l’école, » confie Ophélie.

De la souplesse et un grand coeur

Tous les matins, Ophélie et ses collègues consultent la liste des admissions et contactent les soins infirmiers sur les départements. Elle rencontre le personnel et les parents pour bien comprendre la situation de l’enfant et fait le point avec l’école. S’il doit séjourner plus de deux semaines à l’hôpital, elle prépare un programme particulier. « Depuis que je travaille ici, j’ai enseigné à près de 40 enfants en voyant de 6 à 7 enfants par jour. »

Pour les enseignants qui aiment l’autonomie professionnelle, le milieu hospitalier est tout indiqué. Il demande de la flexibilité, de la constance, une gestion du temps hors pair et un cœur bien accroché. « Il arrive qu’il y ait des mauvaises journées, des enfants qui ont des diagnostics peu encourageants, qui se battent et qui ne gagnent pas leur combat contre la maladie. C’est le plus difficile. On s’attache à ces enfants et après on ressent le grand vide de l’absence et l’injustice de la maladie. Mais une grande majorité d’entre eux retourneront à l’école, » note Ophélie.

Une vocation…

À la fin de sa journée, Ophélie notera les apprentissages effectués pour chacun d’eux, préparera ses heures d’enseignement du lendemain, contactera le parent ou l’enseignant d’un nouvel élève, et utilisera le temps qui lui reste pour profiter de sa propre santé. Le 24 décembre dernier, elle est revenue à l’hôpital pour souhaiter un joyeux Noël aux enfants. « Je n’étais pas capable de rester chez moi, il fallait que je sois avec eux, » souligne-t-elle. Quand on dit qu’enseigner est une vocation…

            Pour en connaître plus sur les services scolaires en milieu hospitalier